À la découverte du Canada

Tout le monde connaît l’expression « une cabane au Canada » qui en France, fait référence à la rusticité du pays et à l’immensité de ses espaces sauvages.

Que cette expression soit ou non toujours d’actualité au 21e siècle, il n’en demeure pas moins qu’elle est bien ancrée dans l’imaginaire collectif des Français et des Européens qui sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à nous rendre visite.

Au Québec seulement, c’est près de 650 000 Européens dont près de la moitié de Français, qui nous ont rendu visite depuis le début de l’année.

Toutes catégories confondues, les touristes étrangers ont laissé près de 9 milliards de dollars dans l’économie québécoise en 2016 et 21 milliards de dollars dans celle du Canada en 2017.

Bien que le Canada soit relativement bien positionné sur l’échiquier touristique mondial, il n’attire pas suffisamment de touristes selon le gouvernement canadien qui souhaite coordonner les énergies pour faire augmenter l’achalandage et en maximiser les retombées.

Faire mieux

Dans la foulée d’un rapport concernant le potentiel touristique canadien, le gouvernement fédéral dit que l’on peut faire beaucoup mieux et souhaite profiter de l’augmentation globale du tourisme pour mieux se positionner et maximiser les retombées économiques de cette activité.

Pour y arriver, il souhaite entre autres que le nombre de touristes étrangers passe des 20 millions qu’il est en ce moment, à plus de 45 millions au cours des 12 prochaines années.

L’activité touristique représente 2 % du PIB canadien et la ministre canadienne Mélanie Joly, est d’avis qu’en concertant les efforts, on pourrait créer 180 000 emplois supplémentaires d’ici à 2030.

La chose semble jouable si l’on se fie aux projections.

Malgré la grande année que fut 2017, l’achalandage n’a augmenté que de 2 % au Canada, alors que la croissance de l’activité touristique s’établissait à 4,6 % à l’échelle internationale.

Autrement dit, la croissance canadienne n’a atteint que 43 % de la croissance moyenne enregistrée dans le monde soit moins de la moitié de son potentiel.

Offre et diversification des sources

Nouvelle encourageante, la provenance des touristes se diversifie.

En 2002, plus de 80 % des touristes qui visitaient le Canada provenaient des États-Unis, une proportion qui a chuté de 12 % en 2017, année durant laquelle plus de 25 % des touristes étrangers sont venus d’Europe et d’Asie.

Pour atteindre ses nouveaux objectifs, le fédéral souhaite notamment l’ajout de 25 000 chambres dans les grands centres et une offre de transport aérien et ajouter des vols vers les aéroports principaux et secondaires bonifiée.

On mise aussi sur la création d’infrastructures ayant la nature pour thème et aisément accessibles à partir des grands centres.

Pour s’y rendre

Le Canada est un vaste pays qui vaut largement la peine d’être visité et pour le faire dans les meilleures conditions, mieux vaut bien se préparer.

En plus de planifier judicieusement son itinéraire, il faut aussi se protéger en cas de blessures, de maladie et de tout autre aléa qui pourrait survenir en cours de séjour.

L’assurance voyage assure entre autres les soins de santé qui sont très coûteux pour les étrangers et une foule d’autres désagréments qui pourrait survenir au cours d’un voyage au Canada.

On peut comparer les assurances voyage offertes par les meilleurs assureurs canadiens sur Kanetix.ca pour trouver la meilleure assurance au meilleur prix et visiter le Canada en toute quiétude.