Accident de la route, il faut redoubler de prudence dit le ministère des Transports

Le 5 août dernier en pleine heure de pointe, un conducteur de poids lourd a omis de freiner aux abords de l’échangeur qui relie les autoroutes 440 et 15 à Laval et a embouti la voiture qui se trouvait devant lui.

L’accident a provoqué un carambolage impliquant 9 voitures et deux camions. Résultat; 4 décès et 15 blessés.

Si la Sûreté du Québec tente toujours d’expliquer pourquoi le camionneur n’a pas freiné, on sait par ailleurs qu’étant donné la configuration de la route et la vitesse à laquelle il circulait, il aurait eu moins de 5 secondes pour réagir.

Configuration à risque

Nonobstant la réaction du camionneur, l’accident pourrait aussi s’être produit en partie à cause de la configuration des voies routières qui convergent à cet endroit.

La convergence de la voie de desserte vers l’autoroute se ferait, trop rapidement avancent, certains usagers qui résident dans ce secteur qu’empruntent chaque jour plus de 300 000 automobilistes.

Les mesures de sécurité supplémentaires annoncées par le ministère des Transports dans la foulée de cet accident comprennent d’ailleurs le prolongement de la ligne de démarcation qui empêche les automobilistes qui arrivent de la voie de desserte de converger trop rapidement sur les voies principales de l’autoroute.

À long terme, le ministère envisage de revoir ce type de configuration qui a été instauré il y a plus de 50 ans.

Pour l’heure, une présence policière accrue, l’ajout de panneaux de signalisation supplémentaires et l’utilisation de radars photo seront déployés dans le secteur.

Distraction

Les causes exactes de l’accident ne sont pas encore connues, mais la SQ mène enquête. Elle souhaite notamment savoir si le camionneur aurait pu être distrait par son téléphone portable ou par la tablette électronique qui se trouvait à bord de son véhicule.

Chose certaine avec seulement 5 secondes pour réagir, la moindre distraction même la plus minime pourrait avoir eu des conséquences dramatiques.

Cigarette, aliments, boisson, GPS, téléphone, tablette électronique et radio d’auto, les sources de distraction sont nombreuses rappelle la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) qui ajoute qu’elles constituent le principal facteur de risque dans les accidents de la route avec décès et blessures.

Assurance

Toute distraction causée par l’utilisation d’un écran autre que pour afficher des informations relatives au fonctionnement d’un véhicule ou à la route à suivre, est sanctionnable de la manière qui suit :

  • amende :

    de 300 $ à 600 pour une 1re infraction;
    le double de l’amende minimale, soit 600 $ pour une récidive en moins de deux ans;

  • suspension immédiate du permis de conduire en cas de récidive en moins de deux ans :

    1re récidive : 3 jours
    2e récidive : 7 jours
    3e récidive : 30 jours;

  • 5 points d’inaptitude.

À cela il faut ajouter une hausse du coût de l’assurance auto, car les assureurs risquent de demander davantage pour assurer un ou une automobiliste qui a enfreint le Code de la sécurité routière et qui est considéré. e à risque.

La bonne nouvelle c’est que les assureurs ne sont pas tous incompréhensifs et que points d’inaptitude ou pas, il y a toujours moyen d’en trouver un dont le prix nous convient.

Pour ce faire. Il suffit de comparer les offres des meilleurs assureurs au Canada sur Kanetix.ca.

L’essayer c’est l’adopter.