Allergies, pas d’accès à bord sans épinéphrine sur Air Canada

De manière générale, on connaît tous les principales restrictions auxquelles l’on doit se soumettre pour monter à bord d’un avion pour un vol intérieur ou international.

Quantité de liquide limitée, objets tranchants ou dangereux interdits et utilisation des appareils électroniques restreinte, davantage si l’on se dirige vers certains pays, les passagers doivent suivre les règles, faute de quoi, ils risquent d’être laissé sur le tarmac.

En fait, il est aussi important de connaître ces règles et de s’y soumettre que de contracter une assurance voyage avant de partir en vacances.

Allergies

Sur les ailes d’Air Canada par exemple, les personnes souffrant d’allergies graves sont tenues d’avoir un auto-injecteur d’épinéphrine en leur possession. Il s’agit d’une dose d’adrénaline portative qui est entre autres commercialisée sous le nom d’EpiPen et qui stimule le système nerveux en cas de crise et remet le patient en état.

Cette règle peut parfois être strictement appliquée comme l’a constaté une jeune Montréalaise qui a été forcée de descendre d’un vol de retour d’Amérique du Sud, après avoir déclarée à l’agent de bord qu’elle s’était fait voler son auto-injecteur sur une plage et qu’elle n’en avait pas sur elle.

Bien que sa voisine de siège lui ait proposé de lui prêter le sien en cas de problème, rien n’y fit, la femme dû se résoudre à descendre d’avion et a prendre d’autres dispositions pour rentrer à Montréal.

Bien que la chose paraissent incroyable, un billet d’avion est un contrat sur lequel il est stipulé que le privilège de monter à bord peut-être révoqué en cas de non-respect des conditions et c’est ce qui semble être arrivé dans ce cas.

Avant de partir, mieux vaut donc savoir à quoi s’en tenir. Pour en savoir davantage, il suffit de suivre ce lien qui mène à la politique d’Air Canada en ce qui concerne les passagers souffrant d’allergies.

Besoins spéciaux

À ces règles s’ajoutent celles qui régissent l’accommodement de passagers ayant des besoins spéciaux. On parle notamment de personnes qui doivent voyager avec un appareil à oxygène, avec un chien ou encore un fauteuil roulant électrique.

Dans de tels cas, il faut aviser le transporteur afin que les mesures adéquates soient prises le cas échéant.

Chaque transporteur a ses propres règles et encore une fois mieux vaut les connaître que de les subir au dernier moment. Les liens qui suivent mènent aux descriptions des règles qui régissent les conditions d’accès à bord de passagers avec besoins spéciaux chez les 2 principaux transporteurs actifs au Canada.

L’incontournable assurance voyage

Il n’y a pas qu’à bord d’un avion que l’on doit être prévoyant. Que l’on soit prédisposés ou non, les urgences médicales peuvent survenir à tout moment et s’avérer particulièrement pénibles et coûteuses si elles surviennent à l’étranger.

Dans la plupart des pays, les soins médicaux sont très onéreux et peuvent coûter des milliers de dollars par jour. Mieux vaut donc contracter une assurance voyage avant le départ. Pour être certain de la payer au meilleur prix, il suffit de comparer les assurances voyage avec le comparateur d’assurances Kanetix.ca.

Ceux et celles qui l’utilisent, économisent gros, essayez-le, vous verrez bien!