Conduite sous l’influence du cannabis, infractions à la hausse

Dans la foulée de la légalisation du cannabis, les forces policières ont augmenté les effectifs spécifiquement formés pour lutter contre la conduite sous l’influence de cette drogue et il semble qu’elles aient vu juste, car le nombre de contraventions pour ce délit était en hausse au Canada en 2018.

Selon Statistiques Canada, il y a eu 4345 arrestations au pays en 2018, une augmentation de 27 % par rapport à l’année précédente.

Au Québec, les policiers ont arrêté 391 personnes qui conduisaient avec les facultés affaiblies par la drogue depuis le début de l’année.

En 2019, 2 personnes ont perdu la vie au Québec des suites d’un accident impliquant un automobiliste qui avait consommé du cannabis.

Détection

La complexité de détecter un automobiliste qui a consommé du cannabis avant de prendre la route requiert la présence sur le terrain de policiers spécialement formés appelés « agents évaluateurs ».

De 3 en 2009, la Sûreté du Québec en compte maintenant 60 déployés sur l’ensemble du territoire.

C’est à eux que leurs collègues font appel lorsqu’ils soupçonnent un automobiliste d’être sous l’influence de la drogue.

Pour les policiers, la présence de cannabis est plus difficile à détecter que celle de l’alcool qui se détecte aisément dans l’haleine du buveur.

En cas de doutes, les policiers font généralement passer au conducteur suspect un test de coordination avant de décider si la présence d’un agent évaluateur est requise pour pousser l’investigation plus loin.

L’automobiliste qui a du mal à marcher en ligne droite sans tituber risque alors de devoir passer un test plus approfondi dont l’étape ultime consiste en une analyse d’un échantillon sanguin.

Les Québécois sont de gros consommateurs de cannabis et d’alcool

Dans la foulée de la publication de ces données, le groupe Éduc’alcool révélait les résultats d’un sondage effectué auprès de plus de 6000 Québécois.es et selon lequel une personne sur cinq aurait déclaré avoir consommé du Cannabis au cours de la dernière année.

Toujours selon ce même sondage, 17 % des consommateurs auraient mélangé alcool et cannabis, mais ces chiffres ne disent pas s’ils ont pris la route dans un cet état, ce que la majorité des experts jugent des plus dangereux.

On sait par ailleurs que 11 % des automobilistes montréalais auraient pris la route après avoir bu plus que la limite autorisée contre 8 % pour le reste du Québec.

Impacts

Qu’il s’agisse d’alcool ou de drogue, la conduite avec les facultés affaiblies est lourdement punie au Québec.

L’automobiliste qui se fait prendre pour une première infraction voit son permis de conduire suspendu et son véhicule saisi. Une fois sa culpabilité établie, son permis est suspendu pour une année entière, un dossier criminel est ouvert à son nom et il doit payer une amende dont le montant minimal est de 1000 $.

Les coûts ne s’arrêtent pas là, il doit aussi s’attendre à devoir payer beaucoup plus cher en assurance auto une fois qu’il aura retrouvé le droit de conduire, car il sera dorénavant considéré par les assureurs comme un conducteur à risques.

Pour demeurer en sécurité et économiser, mieux vaut rester sobre et magasiner les assurances auto afin de toujours payer le meilleur prix.

Le comparateur d’assurances Kanetix.ca publie côte à côte les offres des meilleurs assureurs au Canada.

L’essayer c’est l’adopter.