Contraventions à profusion pour les cyclistes

La pratique du vélo est bonne pour la santé, aide à réduire le temps passé dans les bouchons ainsi que le coût de l’assurance auto.

Mais elle peut aussi s’avérer coûteuse.

C’est le malheureux constat qu’ont fait plus de 12 000 cyclistes montréalais à qui le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a remis une contravention en 2018.

D’un coût minimal des 80 $ auxquels s’ajoutent 48 $ de frais, c’est 128 $ qu’a dû payer l’an dernier chaque cycliste qui s’est fait prendre à contrevenir aux dispositions du Code de la sécurité routière.

Les infractions

Si le nombre de contraventions émises semble important, on peut relativiser les choses en sachant qu’il y a plus d’un million de cyclistes qui circulent à Montréal. C’est 1 cycliste pour 4 habitants du grand Montréal.

Selon le SPVM, les constats d’infraction sont généralement donnés dans le cadre d’opérations qui visent à assurer la sécurité des usagers de la route les plus vulnérables, nommément les piétons et les cyclistes.

Ces offensives policières ciblent particulièrement les comportements dangereux et ont pour objectif de réduire le nombre d’accidents graves et mortels impliquant des cyclistes.

Griller un feu rouge, ignorer un arrêt obligatoire, faire fi de la signalisation et porter des écouteurs sont des comportements qui sont source de distraction et qui mettent en péril la sécurité des cyclistes comme des autres usagers de la route.

Montréal la distincte

Si le nombre de vélos que l’on retrouve à Montréal équivaut à 20 % du nombre d’automobiles immatriculées au Québec, les deux tiers de ces vélos prennent la route au moins une fois la semaine.

C’est donc plus de 600 000 cyclistes actifs qui circulent chaque semaine dans les rues de la Métropole.

Il y a donc suffisamment de cyclistes en circulation pour justifier les plus de 12 000 contraventions émises l’an dernier.

C’est à Montréal, et de loin, que les cyclistes reçoivent le plus de contraventions au Canada, 12 000 en 2018 contre environs 300 à Toronto, Vancouver et Calgary.

Les cyclistes seraient-ils plus délinquants à Montréal qu’ailleurs au Canada, où seraient-ils davantage l’objet de l’attention des services policiers? Difficile à savoir sans une analyse exhaustive des données qui ont trait aux autres villes canadiennes.

Chose certaine, les cyclistes montréalais sont 40 fois plus susceptibles d’écoper d’une contravention que leurs homologues torontois.

Économiser

Quoi qu’il en soit, utiliser son vélo pour se rendre au travail, demeure un bon moyen d’économiser à condition bien entendu de respecter les dispositions du Code de la sécurité routière.

Les automobilistes qui utilisent le vélo ou qui marchent pour se rendre au travail ont potentiellement droit à un rabais en assurance auto du fait qu’ils utilisent moins souvent leur voiture ce qui réduit les risques qu’elle soit impliquée dans un accident de la route.

Les assureurs proposent généralement une réduction à ceux et celles qui utilisent moins la voiture. Le montant de cette réduction varie d’un assureur à l’autre et pour les connaitre, le comparateur Kanetix.ca offre la possibilité de comparer côte à côte les offres des meilleurs assureurs au Canada.

L’essayer c’est l’adopter.