Immobilier, la banlieue gagne des adeptes

La construction résidentielle bat son plein au Québec en 2019, nous apprend la Société canadienne d’hypothèque de logement et du point de vue des ventes, 2018 fut une très bonne année.

Avec plus de 86 000 unités vendues par l’entremise du système Centris, les affaires furent excellentes partout au Québec.

Mais la faveur des acheteurs ne s’est pas répartie de façon égale entre toutes les régions et surtout pas au profit de l’île de Montréal.

Dans la grande région de Montréal, c’est la banlieue qui a le mieux su s’attirer les faveurs des acheteurs appâtés par des prix plus abordables et un mode de vie plus agréable pour les familles.

Tous à la banlieue

En une année, entre le 1er juillet 2017 et le 1er juillet 2018, la population de Montréal a décru de 1,24 % au profit des banlieues nous apprend par ailleurs l’Institut de la statistique du Québec.

Les Laurentides, Lanaudière et la Montérégie ont fait des gains de populations importants au détriment de Montréal. Seule Laval n’a su profiter de l’exode des Montréalais.

L’exil qui se fait au détriment de la ville centre à bien entendu un impact sur le marché immobilier qui se porte on ne peut mieux dans ces régions.

Davantage de constructions en 2019

En plus de se vendre assez rapidement, les maisons unifamiliales valent aussi de plus en plus cher à la banlieue.

L’an dernier, la moitié des maisons unifamiliales se sont vendues à plus de 250 000 $, une hausse du prix médian de plus de 3 % par rapport à 2017 nous apprend la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

Certaines banlieues ont davantage la côte, certaines ont même battu des records de vente au cours du premier mois de 2019.

Dans les 10 municipalités de banlieue les plus actives sur le plan de l’immobilier, l’augmentation des ventes a oscillé entre 26 % et 44 % par rapport à 2017 comme en témoignent les données qui suivent :

Municipalité, ville ou arrondissement Variation par rapport à 2017
1 Ville de L’Épiphanie (Lanaudière) 44%
2 Municipalité Les Coteaux (Montérégie) 40%
3 Ville de Coteau-du-Lac (Montérégie) 38%
4 La Plaine (Lanaudière) 34%
5 Ville de Carignan (Montérégie) 34%
6 Ville de Farnham (Montérégie) 30%
7 Ville de La Prairie (Montérégie) 30%
8 Ville de Mont-Laurier (Laurentides) 29%
9 Ville de Bois-des-Filion (Laurentides) 26%
10 Municipalité de Saint-Philippe (Montérégie) 26%

Source : FCIQ et système Centris

Croissance des prix médians – unifamiliale
Rang Municipalité, ville ou arrondissement Prix médian de 2018 Variation par rapport à 2017
1 Paroisse de Saint-Alexis-des-Monts (Mauricie) 134 000 $ 35%
2 Paroisse de Sainte-Anne-des-Lacs (Laurentides) 337 500 $ 26%
3 Le Plateau-Mont-Royal (Montréal) 999 000 $ 26%
4 Arrondissement Cité-Limoilou (Québec) 310 000 $ 24%
5 Municipalité de Grenville-sur-la-Rouge (Laurentides) 154 800 $ 24%
6 Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson (Laurentides) 197 500 $ 23%
7 Ville de Hampstead (Montréal) 1 355 000 $ 21%
8 Municipalité de Saint-Philippe (Roussillon) 293 859 $ 20%
9 Rosemont–La Petite-Patrie (Montréal) 655 000 $ 19%
10 Ville de Mont-Royal (Montréal) 1 344 000 $ 19%

Source : FCIQ et système Centris

Économiser davantage

La plupart des citoyens qui se sont réfugiés à la banlieue disent l’avoir fait pour notamment économiser sur le prix d’achat d’une propriété qui y demeure beaucoup plus faible qu’en ville.

Pour économiser davantage, on peut aussi, dans la foulée des hausses récentes de taux d’intérêt, magasiner son hypothèque et son assurance habitation à l’aide du comparateur Kanetix.ca.

Chaque année, nos utilisateurs économisent des centaines de dollars en comparant les meilleures offres sur Kanetix.ca.

Essayez-le pour voir à quel point il est facile d’économiser.