Infrastructure routière en besoin d’amour

La moitié des autoroutes, des routes nationales, routes régionales et collectrices du Québec sont en piteux état.

C’est près de 15 000 des quelque 30 000 km de route qui constituent le réseau routier qui sont fissurés, truffés de nids de poule et d’ornières et qui ont grand besoin d’entretien.

Dans le cadre du dernier exercice budgétaire, le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) estimait à 15 milliards de dollars le déficit d’entretien des infrastructures routières.

En d’autres termes, il faudrait investir 15 milliards pour avoir un réseau routier en bon état.

Des D et des E

Selon les données du plan annuel de gestion des infrastructures du Gouvernement, près de la moitié du réseau routier supérieur du Québec serait en « mauvais » ou en « très mauvais » état.

En fonction de ces propres critères, le ministère accorde la note D (mauvais état) à près de 7 000 kilomètres (23 %) et près de 8 500 kilomètres (27 %) se voient attribuer la note E pour se trouver dans un très mauvais état.

On trouve largement dans ce constat, de quoi alimenter le palmarès des pires routes du Québec.

Le Conseil du trésor estime pour sa part que l’état des routes est demeuré stable, par rapport à l’an dernier, malgré des investissements de plus de 1,5 milliard qui ont été consacrés à la réparation de 1686 kilomètres de route en 2016.

Hausse des coûts

Le coût des travaux visant à préserver ou à remplacer certains ponts et certains tunnels dont le pont de l’Île-aux-Tourtes, les structures surélevées de l’autoroute Métropolitaine, les tunnels Ville-Marie, Viger et Louis-Hippolyte-La Fontaine ainsi que le pont de l’île d’Orléans, s’est avéré plus importants que prévu.

Cette augmentation a eu pour effet de faire grimper de 2,5 milliards de dollars, le déficit d’entretien lié aux structures du réseau routier. De 12,8 milliards il y a un an, ce déficit atteint aujourd’hui près de 14,7 milliards. Une hausse de près de 15 % en un an.

À l’inverse, la valeur de remplacement des structures, c’est-à-dire le pourcentage des composants du réseau qui sont en bon état, a chuté de 4 % passant de 53 à 49 % en un an. Ceci serait dû « à la détérioration de quelques structures ayant une valeur élevée, notamment le pont Charles-de-Gaulle » c qui relie Montréal à Repentigny, précise le MTMDET.

Dépense collective et économies individuelles

Dans son dernier budget, Québec propose d’investir 10 milliards de dollars par année au cours des 10 prochaines années pour mettre l’ensemble des infrastructures à niveau. Au total, c’est 100 milliards de dollars de fonds publics qui seront consacrés à cet exercice auquel tous les Québécois devront forcément contribuer.

Si les automobilistes et l’ensemble des contribuables peuvent difficilement se soustraire à cette obligation, les automobilistes eux pourront toujours faire des économies en assurance auto.

Chez Kanetix.ca, nous magasinons le marché pour que nos clients puissent comparer les offres de plus de 50 des meilleurs assureurs au Canada et économiser en assurance auto.

Essayez-le! Quelques clics suffiront à vous convaincre à quel point il est facile d’économiser.