Rive-Nord de Montréal, il faut s’armer de patience

Les automobilistes de la Rive-Nord mettent en moyenne 2 fois plus de temps à rentrer chez eux en fin de journée qu’il y a 3 ans.

Entre 15 h 30 et 17 h 30, le nombre d’heures perdues dans la circulation pour revenir sur la Rive-Nord en semaine a augmenté de 107 % entre 2014 et 2017.

Ces mêmes automobilistes mettent aussi plus de temps à se rendre au travail le matin, alors qu’ils perdent en moyenne 27 % plus d’heures dans la circulation entre 6 et 9 heures qu’en 2014.

Davantage de voitures

C’est le constat qui se dégage d’une analyse effectuée sur 170 km de routes réparties dans 32 corridors routiers dans l’île de Laval et dans la partie nord de la couronne de Montréal. Une étude commandée par la Société des transports de Laval (STL) dont les résultats ont été rapportés par la Société Radio-Canada (SRC).

Seuls les principaux axes routiers ont été analysés, en colligeant notamment les données provenant de GPS installés dans les véhicules de particuliers. Les voies de desserte et les échangeurs tout comme les routes en milieu urbain, ont été exclus de l’étude.

Cette augmentation s’explique en partie par une augmentation du parc automobile qui s’élève en moyenne à 8 % sur l’ensemble des routes analysées, ce qui signifie que 134 000 véhicules supplémentaires se sont ajoutés au quotidien sur ces routes depuis 2014.

Les pires routes

Du réseau d’autoroutes qui mènent de la Rive-Nord au centre-ville de Montréal, certaines ont connu une augmentation plus importante que d’autres au chapitre du nombre d’heures perdues dans la circulation.

Ceux et celles qui connaissent la région ne seront certainement pas surpris d’apprendre que c’est l’autoroute 15 sur laquelle les pertes de temps ont le plus augmenté pour atteindre 58 % en 3 ans.

Suivent l’autoroute 13 avec 49 %, les autoroutes 25 et 440 ainsi que la route 125 avec 34 % et finalement les autoroutes 19 et la route 335 sur lesquelles ont a observé une augmentation de 32 % du nombre d’heures perdues depuis 2014.

Si le passé est garant de l’avenir, il faut donc s’attendre à ce que la situation continue à se dégrader.

En se basant sur les données recueillies dans le cadre de cette étude, les auteurs se sont d’ailleurs prêtés au jeu de l’extrapolation, un exercice à la lumière duquel ils anticipent que les automobilistes qui circulent quotidiennement dans cette région montréalaise connaîtront une augmentation supplémentaire de 37 % du nombre d’heures perdues au cours des 4 prochaines années.

Questions d’assurances

Du point de vue de l’automobiliste, la notion d’heures perdues dont il est question ici, se traduit par une augmentation du nombre d’heures passées derrière le volant de sa voiture. Or qui dit augmentation du nombre d’heures passées quotidiennement dans sa voiture dit aussi augmentation potentielle du coût de son assurance auto puisque c’est un des facteurs que considèrent les assureurs pour établir leurs tarifs.

Heureusement, chaque assureur applique des critères et une grille de calcul qui lui sont propres ce qui fait en sorte que les tarifs d’assurance auto varient d’un assureur à l’autre.

Le comparateur Kanetix.ca permet justement de comparer différents tarifs d’assurance auto sans avoir à contacter tous les assureurs un par un.

Essayez-le pour voir à quel point il est facile d’économiser.