Voyager plus loin a moins cher

L’Australie pour Noël ça vous dit?

Ceux et celles qui pensent d’emblée que c’est trop loin et trop cher peuvent se rassurer, particulièrement en ce qui a trait au prix du billet d’avion pour s’y rendre et en revenir.

En fait, on peut voyager à moins cher, tout dépend du moment de l’année où l’on achète ses billets.

C’est ce qu’a constaté le quotidien La Presse qui a analysé les fluctuations du prix des billets d’avion au kilomètre à différents moments de l’année pour 25 destinations étrangères.

L’Afrique à côté

De nombreux Québécois choisissent de se rendre à Paris pour Noël or il faut savoir que c’est fort probablement la période durant laquelle il faut débourser le plus pour se rendre par avion dans la Ville lumière.

Selon le quotidien La Presse, l’aller-retour Montréal-Paris coûte 13,51 cents le kilomètre (Air Transat) à ceux et celles qui voyagent entre le 22 et le 29 décembre, alors qu’il en coûte près de 2 fois moins, 7,6 cents du km, pour s’y rendre durant la semaine de relâche entre le 1er et le 8 mars.

L’histoire ne quantifie pas la popularité de l’Australie auprès des Québécois durant les fêtes, mais il semble que le coût du billet d’avion pour s’y rendre à partir de Montréal soit un des moins chers au kilomètre durant cette période, soit de 9,8 cents le kilomètre.

C’est d’ailleurs durant la semaine de relâche qui tombe du 1er au 8 mars à la Commission scolaire de Montréal que l’on retrouve généralement le meilleur rapport distance prix.

À cette date, Le Cap, en Afrique du Sud et Pékin, en Chine, arrivent au premier rang du coût par kilomètre avec un ratio de 5,14 cents le kilomètre. Bien que 12 749 km séparent Montréal de la Capitale de l’Afrique du Sud, à 1 311,07 $ (Qatar Airways) le billet aller-retour, c’est encore moins cher qu’un aller-retour à Paris à Noël dépasse les 1 400 $.

Régions éloignées

Un des constats qui se dégage de cet exercice c’est que les prix fluctuent en fonction de la demande, mais aussi en fonction de l’offre.

La demande sur Paris est certes plus forte durant le temps des Fêtes, mais elle est en partie contrebalancée par le nombre élevé de transporteurs qui offrent d’amener les voyageurs dans cette ville.

C’est tout le contraire de ce qui prévaut pour les vols en régions éloignées. Ils sont généralement proposés à coût très élevé par un nombre limité de transporteurs.

Ainsi un vol Montréal — Sept-Îles qui coûte près de 600 $ dans le temps des Fêtes revient à 40 cents le kilomètre. C’est 8 fois plus cher au kilomètre qu’un vol sur Pékin au mois de mars.

Un vol semblable sur Québec revient à 1,43 $ le kilomètre, soit 10 fois plus cher qu’un vol sur Paris en haute saison.

En terme absolu, il revient moins cher de se rendre à Paris par avion qu’aux Îles de la Madeleine.

Économiser en assurance

Certains voyagistes font observer que parfois, même si le coût du billet d’avion peut s’avérer un peu plus élevé, il vaut la peine de considérer également le coût de la vie une fois sur place.

C’est notamment le cas avec l’Asie du Sud-est et l’Amérique du Sud où l’on peut généralement vivre à moins de 30 $ par jour.

Dans un cas comme dans l’autre, pour voyager l’esprit en paix, il faut souscrire une bonne assurance voyage et la magasiner pour trouver ce qu’il y a de mieux sur le marché.

C’est ce que propose le comparateur Kanetix.ca qui, sur une simple requête usager, affiche côte à côte les offres des meilleurs assureurs voyage au Canada.

Économie à la clé.

L’essayer c’est l’adopter.