Distraction au volant, la technologie pour combattre la technologie

Bien que 97 % des Québécois.es considèrent que la distraction au volant est un comportement très grave ou assez grave, la conduite automobile sans la pleine attention du conducteur, continue de faire de nombreuses victimes.

Selon le site de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), la distraction au volant est la principale cause d’accidents de la route avec blessures.

Elle est en cause dans une proportion qui varie du quart à la moitié des accidents de la route avec blessures, selon l’âge des automobilistes en cause.

En dépit des nombreuses campagnes de sensibilisation et de l’imposition de sanctions sévères, ce fléau continu à faire des victimes.

Prendre le taureau par les cornes

L’Australie a décidé de s’attaquer au problème et de sévir en ayant recourt à l’intelligence artificielle.

Un vaste projet de surveillance des autoroutes de la Nouvelle Galle du Sud prévoit l’installation de caméras dites intelligentes, programmées pour surveiller le comportement des automobilistes à 45 différents points sur le circuit autoroutier de la région.

Il s’agit de caméras de surveillance qui sont jumelées 2 par 2. Une pour détecter les agissements du conducteur et l’autre, pour capturer le numéro d’immatriculation de l’automobiliste fautif.

Dans le cadre d’un projet pilote qui a permis de valider la faisabilité de l’opération, plus de 8, 5 millions de voitures ont été prises en photo et plus 100 000 automobilistes ont été captés en train d’utiliser leur téléphone au volant.

Il y en a même un qui textait à deux mains alors que le passager tenait le volant pour éviter que la voiture sorte de son axe.

Comparez les assurances pour économiser

Trouver les meilleurs prix pour commencer à économiser dès aujourd'hui!
En chargement...

Danger

Les sources de distraction sont nombreuses et les types de distraction le sont tout autant. Si l’utilisation d’un téléphone au volant arrive en tête des préoccupations d’un point de vue de la sécurité publique, c’est parce que c’est de loin la pire cause de distraction au volant.

De nombreuses études ont permis de quantifier et de qualifier la baisse d’attention des automobilistes en fonction du type de distraction à laquelle ils sont exposés.

Selon une étude de l’American Automobile Association (AAA), l’effort de concentration que requiert l’accomplissement de différentes tâches est multiplié de manière importante lorsque l’attention du conducteur est sollicitée par autre chose que la conduite automobile.

Voici ce que ça donne sur une échelle qui va du simple au triple :

  • Conduite uniquement 1,0;
  • Conduite et écoute de la radio 1,21;
  • Conduite et écoute d’un livre numérique 1,75;
  • Conduite et conversation avec un cellulaire en main libre 2,27;
  • Conduite et conversation avec un passager 2,33;
  • Conduite et conversation avec un cellulaire tenu en main 2,45;
  • Conduite et conversation avec une interface texte permettant la composition d’un courriel 3,06.

Selon cette même étude, un tel surplus de sollicitation agit sur le cerveau de l’automobiliste de la manière suivante :

  • stoppe l’activité dans certaines zones du cerveau nécessaires à la conduite sécuritaire;
  • augmente le temps de réaction;
  • fait ignorer certains signaux informatifs;
  • diminue le balayage visuel ce qui favorise l’effet tunnel.

Source : Strayer, Cooper et coll., AAA Foundation for Traffic Safety, 2013.

Ces données parlent d’elles-mêmes et justifient largement que les pouvoirs publics s’attaquent de front à la distraction au volant.

Coûts

Au Québec, les sanctions sont sévères et coûteuses pour les automobilistes qui se font attraper à utiliser un téléphone au volant. Il y a fort à parier que l’on surveille aussi de près l’initiative de l’Australie.

Ici, une première infraction est passible d’une amende de 300 $ à 600 $ et de 5 points d’inaptitudes ce qui a pour effet de faire doubler le prix de renouvellement du permis de conduire et de ternir le dossier de conduite, ce qui risque de faire augmenter le coût de l’assurance privée.

Pour économiser, mieux vaut garder son téléphone à distance lorsque l’on conduit et magasiner les assurances auto à l’aide du comparateur Kanetix.ca qui, sur une simple requête, affiche côte à côte les offres des meilleurs assureurs au Canada.

L’essayer c’est l’adopter.

Mots clés:

Derniers Articles

Paiement minimum du solde de sa carte de crédit, un petit 2,5 % qui peut coûter cher

La rentrée c’est bien entendu le retour des vacances, mais c’est aussi…

Encore de bouchons à prévoir à Montréal cet automne

Si de nombreux festivals ont été annulés ou reportés à cause du…

Les vols d’automobiles diminuent pourtant le coût de l’assurance auto : explications

La recrudescence des vols de voitures qui était pourtant en baisse depuis…

Immobilier, se préparer devenir propriétaire

L’activité immobilière québécoise de juillet a de quoi réjouir les vendeurs de…