Distraction au volant, un fléau qui a la vie dure

Le rêve de Daphné Toumbanakis, une jeune Montréalaise de 23 ans qui souhaitait traverser le Canada à vélo, a pris fin de façon tragique le 20 juillet.

Au premier jour d’un périple qui devait la mener de Vancouver à Montréal en 50 jours, elle a été mortellement happée par une voiture.

La jeune cycliste roulait sur l’accotement à l’extérieur de Vancouver alors qu’elle a été heurtée de plein fouet par une camionnette dont le conducteur aurait, selon la police, fort probablement été distrait par son téléphone.

Une distraction de trop qui a coûté la vie à une jeune femme que l’on disait énergique, brillante et promue à un bel avenir.

C’est d’une infinie tristesse!

Distraction

Malgré un durcissement des pénalités et des amendes imposées aux automobilistes qui utilisent un appareil électronique à écran au volant et un grand nombre de campagnes de sensibilisation, le nombre d’infractions du genre serait en pleine augmentation au Québec.

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) rappelle que 37 % des accidents de la route avec décès survenus entre 2015 et 2019 sont en partie ou en totalité attribuables à une distraction au volant.

Entre 2013 et 2017, le taux de distraction en cause dans les accidents de la route était de 34 %.

La distraction est également pointée du doigt dans 52 % des accidents des suites desquels il y a des dommages corporels.

Depuis le 30 juin 2018, les automobilistes qui utilisent ou manipulent un téléphone ou un appareil électronique portatif lorsqu’ils se trouvent au volant d’un véhicule, s’exposent à de sévères sanctions.

Ce délit est passible d’une amende qui peut atteindre les 600 $ et peut valoir de 4 à 5 points d’inaptitudes à l’automobiliste fautif. En cas de récidive, il y a suspension immédiate du permis de conduire.

Comparez les assurances pour économiser

Trouver les meilleurs prix pour commencer à économiser dès aujourd'hui!
En chargement...

Assurance maladie

Un autre facteur à considérer avant de traverser le Canada, c’est la protection qu’offre l’assurance maladie du Québec en cas de blessure à survenir ailleurs au Canada.

Bien que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) assure les Québécoi.es lors d’un séjour hors Québec, elle ne rembourse le coût des soins médicaux qu’aux tarifs en vigueur au Québec.

Par exemple, un. e Québécois.es qui par malheur se casserait une jambe au cours d’un séjour en Ontario et qui compterait sur la RAMQ pour régler la note des soins médicaux reçus, devrait débourser plus de 500 $ de sa poche pour combler la différence de tarif.

Services non assurés

Certains soins reçus à l’extérieur du Québec ne sont pas assurés. En voici quelques exemples :

  • Tout service médical non assuré au Québec;
  • Les services prodigués par un professionnel autre qu’un médecin, un dentiste ou un optométriste;
  • Le coût d’une chambre individuelle ou semi-individuelle;
  • Le transport d’urgence, terrestre ou aérien;
  • Le rapatriement au Québec;
  • Les médicaments achetés à l’extérieur du Québec, même s’ils sont prescrits par un médecin. (Avant de quitter le Québec, le patient qui prend des médicaments de façon régulière peut cependant demander à son pharmacien d’en obtenir un peu plus pour couvrir son séjour hors Québec.)

Assurance voyage

Pour pallier aux limites de l’assurance maladie, il vaut mieux souscrire une assurance voyage qui comprend notamment une assurance pour soins médicaux d’urgence et une assurance décès ou mutilation accidentelles.

L’étendue de la protection offerte varie d’une assurance à l’autre et peut être adaptée en fonction des besoins du demandeur.

Pour trouver la bonne assurance il faut idéalement magasiner comme le recommande entre autres l’AMF, ce qui permet non seulement de trouver la protection qui correspondent à ces besoins, mais aussi de la trouver au meilleur prix.

Pour ce faire, rien ne bat Kanetix.ca qui, sur une simple requête, affiche côte à côte, les offres d’assurance voyage des meilleurs assureurs au Canada.

L’essayer c’est l’adopter.

Derniers Articles

Paiement minimum du solde de sa carte de crédit, un petit 2,5 % qui peut coûter cher

La rentrée c’est bien entendu le retour des vacances, mais c’est aussi…

Encore de bouchons à prévoir à Montréal cet automne

Si de nombreux festivals ont été annulés ou reportés à cause du…

Les vols d’automobiles diminuent pourtant le coût de l’assurance auto : explications

La recrudescence des vols de voitures qui était pourtant en baisse depuis…

Immobilier, se préparer devenir propriétaire

L’activité immobilière québécoise de juillet a de quoi réjouir les vendeurs de…