Immobilier, se préparer devenir propriétaire

L’activité immobilière québécoise de juillet a de quoi réjouir les vendeurs de propriétés et susciter quelques questions chez ceux et celles qui veulent devenir propriétaires.

Les ventes de maisons unifamiliales ont en effet grimpé de 19 % au Québec par rapport à juillet 2019 et il s’y est vendu 10 % de plus d’immeubles de deux à cinq logements et autant de condos qu’en juillet de l’année précédente.

Tout semble donc bien aller sous le soleil, mais en y regardant d’un peu plus près, on se rend compte que ces chiffres ne dévoilent qu’une partie de la réalité.

Il semble en effet que cette situation soit plutôt conjoncturelle et qu’il s’agit en fait d’un rattrapage du ralentissement printanier alors que le marché était quasi paralysé par le confinement.

Certaines données laissent à penser que non seulement la bonne performance enregistrée en juillet ne suffira pas à compenser le retard annuel pris sur 2019, mais que les conditions de marché pourraient s’inverser à l’automne.

L’exception montréalaise

Selon la société JLR, l’état du marché est fort différent dans la Métropole où le volume de transactions immobilières et le plus important au Québec et où les prix continuent de grimper malgré une baisse de la demande.

En juillet, les ventes de maisons unifamiliales ont baissé de 3 % à Montréal par rapport à 2019, une baisse qui a atteint 9 % pour les copropriétés et les petits immeubles à logements.

Malgré ce contexte, les prix ont augmenté à Montréal et de manière beaucoup plus importante qu’ailleurs au Québec.

Dans l’île de Montréal, le prix médian de la résidence unifamiliale a augmenté 8 % en juillet par rapport à juillet 2019, alors que le condo et l’immeuble de deux à cinq appartements se vendaient respectivement 9 % et 7 % plus chers.

Comparez les assurances pour économiser

Trouver les meilleurs prix pour commencer à économiser dès aujourd'hui!
En chargement...

Retour possible vers un marché d’acheteurs

Sur une base annuelle, le nombre total de transactions immobilières demeure dans l’ensemble en dessous de celui de 2019.

Le ralentissement supplémentaire anticipé à l’automne, risque d’aggraver les choses pour les vendeurs, mais à l’inverse, il pourrait créer de réelles opportunités pour les acheteurs.

Certains observateurs croient en effet que la fin de la période de report des versements hypothécaires et des programmes d’aide fédérale pour atténuer les impacts financiers de la COVID-19 vont faire en sorte que de nombreux propriétaires risquent d’avoir du mal à effectuer leurs mensualités hypothécaires et que plusieurs pourraient décider de mettre leur propriété en vente.

Ceci veut dire que l’on pourrait vraisemblablement se retrouver avec un plus grand nombre de propriétés à vendre sur le marché. Ceux et celles qui ont les moyens d’acheter pourraient alors se retrouver avec davantage de choix et dans une bien meilleure posture pour négocier.

S’outiller pour négocier

Ceux et celles qui en ont fait l’expérience récemment, savent à quel point il faut réagir rapidement lorsqu’une propriété nous intéresse. Les acheteurs se bousculent en ce moment pour déposer une offre d’achat et dans certains cas, s’adonnent à la surenchère.

Pour rester dans le jeu et réussir à acheter une propriété, il faut donc bien s’outiller en connaissant d’abord sa capacité d’emprunt et le prix que l’on peut se permettre de payer.

Les prêteurs hypothécaires peuvent être d’un grand secours à ce chapitre, car bon nombre pratiquent ce qu’ils appellent la préqualification hypothécaire.

Il s’agit en fait d’un arrangement pris avec un prêteur qui permet de connaître le montant qu’il est conditionnellement disposé à nous prêter pour l’achat d’une propriété. Ainsi outillé, l’acheteur peut alors faire une offre d’achat conséquente et commencer à négocier dès qu’il trouve une propriété qui lui plait. Un atout non négligeable vu l’état actuel du marché.

Pour connaître les détails et éventuellement se préqualifier pour un prêt hypothécaire, rien ne vaut de comparer les offres sur Kanetix.ca qui, sur une simple requête, affiche côte à côte les propositions des meilleurs prêteurs hypothécaires canadiens.

Derniers Articles

Paiement minimum du solde de sa carte de crédit, un petit 2,5 % qui peut coûter cher

La rentrée c’est bien entendu le retour des vacances, mais c’est aussi…

Encore de bouchons à prévoir à Montréal cet automne

Si de nombreux festivals ont été annulés ou reportés à cause du…

Les vols d’automobiles diminuent pourtant le coût de l’assurance auto : explications

La recrudescence des vols de voitures qui était pourtant en baisse depuis…

Immobilier, se préparer devenir propriétaire

L’activité immobilière québécoise de juillet a de quoi réjouir les vendeurs de…